Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sebiwan dans les étoiles

Sebiwan dans les étoiles

Fan de cinéma, vous trouverez ici des news, des bandes annonces, des fiches de films mais également l'actu des séries TV.

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #SOLO A STAR WARS STORY, #STAR WARS, #CINEMA-DVD

Solo: A Star Wars Story est un film de science-fiction américain de type space western réalisé par Ron Howard, sorti le 23 mai 2018 en France.

SOLO : A Star Wars Story

Synopsis

Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian… Ce voyage initiatique révèlera la personnalité d’un des héros les plus marquants de la saga Star Wars.

SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story
SOLO : A Star Wars Story

Mon avis

Même si Alden Ehrenreich n’a pas le charisme d’Harrison Ford, l’acteur qui incarne le contrebandier préféré de la galaxie lointaine, très lointaine, s’en sort plutôt pas mal et revêtit le rôle avec beaucoup de sérieux et de crédibilité.


Le film propose une histoire cohérente et bien écrit. Les effets spéciaux et visuels sont magnifiques et même si on ne retrouve pas l’essence d’un film Star Wars originel avec des Jedi, des Sith et des sabres-lasers, SOLO, sans être homérique, offre une belle aventure et nous en apprends un peu plus sur les origines de Han Solo.

Il y a beaucoup de détails et de références qui déroutent quand même un peu…
Attention : spoilers !!!

Lors de la course-poursuite en speeder dans les rues de Corellia au début du film, la réalisation nous focalise sur les dés dorés de Han qu’il accroche au pare-brise en les montrant régulièrement et en augmentant le bruit quand ils s’entrechoquent (ça m’a beaucoup dérangé, car j’ai eu l’impression de n’entendre que ça).

Plus tard, lorsque Han souhaite s’engager en tant que pilote au sein de l’Empire pour fuir Corellia et ses assaillants, il y a une publicité juste avant qui le pousse à le faire et durant laquelle on entend le thème de La Marche de l’Empereur de John Williams ! Ce détail m’a beaucoup dérangé.

Pendant la même scène, Han obtient son patronyme par un officier impérial… c’est un peu tiré par les cheveux là !

Lorsque Han rencontre pour la première fois Chewbacca (si on peut appeler cela une rencontre), voilà qu’il se met à parler le Wookie ! Première fois que l’on entend un non-wookie parler cette langue. Cela m’a beaucoup surpris car ce n’est pas crédible du tout et on a plus l’impression que han se gargarise la gorge !

Le Faucon Millenium tout beau tout neuf ne ressemble pas à celui qu’on connait dans les autres films. Pendant toute la campagne promotionnelle, je me suis demandé pourquoi et comment ! Mais tout cela est expliqué par Lando et on retrouve le faucon qu’on connait pendant le raid de Kessel !

A la fin, on retrouve Dark Maul en chair et en os… ou plutôt en hologramme, en chair, en os et en métal !!! Et oui, il a survécu à son combat contre Obi-Wan sur Naboo. En fait, SOLO a repris des éléments de l’univers étendu (Clone Wars puis Rebels) puisque Dark Maul est remis sur pieds par son frère qui le retrouve et lui donne des jambes mécaniques (que l’on aperçoit dans l’hologramme). Par contre, pourquoi il dégaine son sabre-laser pendant sa discussion avec Qi’ra ? Pour montrer que c’est bien Dark Maul !

Sinon, il y a aussi plein de références qui sont là pour comprendre Han Solo comme le raid de Kessel en 12 parsec, le blaster DL-44 qu’il reçoit de Beckett (qu’il modifiera par la suite puisqu’il est un peu différents dans l’Episode IV), comment il gagne le Faucon Millenium au Sabbac, pourquoi il va travailler avec Jabba, son amitié avec Lando Calrissian…

Bref, malgré les critiques destructrices même avant la sortie du film, je trouve que SOLO a sa place dans l’univers créé par Georges LUCAS et qu’il ne mérite pas toute cette haine que l’on peut lire ou entendre sur ce film.

Scénario / Histoire : 4/5
Image / Effets spéciaux : 5/5
Bande sonore : 4/5
Acteurs / Personnages : 3/5
NOTE GLOBALE : 16/20

Fiche technique


Titre original : Solo: A Star Wars Story
Titre français : Solo: A Star Wars Story
Réalisation : Ron Howard
Scénario : Lawrence Kasdan et Jonathan Kasdan, d'après des personnages créés par George Lucas
Direction artistique : Alex Baily, Oliver Carroll, Peter Dorme et Ashley Lamont
Décors : Neil Lamont
Costumes : David Crossman et Glyn Dillon
Photographie : Bradford Young et Hans Bjerno
Montage : Pietro Scalia, Chris Dickens
Musique : John Powell et John Williams
Producteurs : Kathleen Kennedy, Simon Emanuel et Allison Shearmur
Production : Lucasfilm et Walt Disney Pictures
Budget : 250 millions USD
Pays d’origine : États-Unis
Genre : science-fiction, space opera
Durée : 135 minutes
Dates de sortie : France : 23 mai 2018 États-Unis : 25 mai 2018

Distribution

Alden Ehrenreich (VF : Eilias Changuel) : Han Solo
Donald Glover (VF : Mohad Sanou) : Lando Calrissian
Emilia Clarke (VF : Victoria Grosbois) : Qi'Ra
Woody Harrelson (VF : Emmanuel Gradi) : Tobias Beckett
Joonas Suotamo : Chewbacca
Erin Kellyman (VF : Aurélie Konaté et Alexis Victor) : Enfys Nest
Thandie Newton (VF : Annie Millon) : Val
Phoebe Waller-Bridge (VF : Véronique Desmadryl) : L3-37
Paul Bettany (VF : Tanguy Goasdoué) : Dryden Vos
Jon Favreau (VF : Alexis Victor) : Rio Durant (voix)
Ray Park (physique) et Sam Witwer (voix) (VF : Marc Bretonnière) : Dark Maul
Linda Hunt (VF : Yvette Petit) : Lady Proxima (voix)
Andrew Woodall (VF : Guy Chapellier) : Drawd Munbrin
Anna Francolini : Falthina Sharest
Ian Kenny : Rebolt
Clint Howard : Ralakili
Warwick Davis : Weazel
Harley Durst : Moloch
Sema-Tawi Smart : Aurodia Ventafoli
John Tui : Korso
Anthony Daniels : Tak
Charlotte Louise : Margo
Dee Tails : Quay Tolsite
Attila Vajda : Sagwa
Kiran Shah : Karjj
Lily Newmark : Lexi
Samantha Colley : Ottilie
Jon Kasdan : Tag Greenley
Toby Hefferman : Bink Otauna

Autour du film

La production de Solo : A Star Wars Story ne s'est pas faite sans difficultés : les réalisateurs Phil Lord et Christopher Miller ont quitté le navire en plein milieu du tournage pour, officiellement, "divergences créatives". Ils ont été remplacés par Ron Howard qui aurait retourné plus de 80% du film.

Au scénario du film, on retrouve Lawrence Kasdan et son fils Jonathan. Le premier avait déjà signé les scripts de L'Empire contre-attaque, Le retour du Jedi et Le Réveil de la Force. Il rejoint d'autres membres habituels de l'équipe Star Wars : le directeur artistique et chef décorateur Neil Lamont, le spécialiste des effets spéciaux Neal Scanlan, les costumiers David Crossman et Glyn Dillon, l'accessoiriste Jamie Wilkinson, la coiffeuse Lisa Tomblin-Fitzpatrick et la maquilleuse Amanda Knight. Enfin, John Williams, le célèbre compositeur de la musique de Star Wars, a écrit le thème musical du personnage d'Han Solo.

Le tournage s'est déroulé majoritairement dans les studios Pinewood au Royaume-Uni. Certaines scènes ont été tournées dans les Dolomites en Italie et à Fuerteventura, une île des Canaries.

Les montagnes d’iridium de Vandor ont été filmées dans le massif italien des Dolomites. La production tenait à ce que les personnages évoluent dans un décor naturel afin que les spectateurs prennent toute la mesure de leurs aventures. L’équipe en charge des effets visuels a ainsi réalisé les arrière-plans de la séquence de l’attaque du train grâce à un mélange de prises de vues aériennes filmées avec les caméras numériques et de plus de 20 000 photos prises depuis un hélicoptère sur une zone de 42 kilomètres.

Une équipe réduite s'est rendue sur place pour six jours de tournage et a séjourné dans le village de Misurina qui se situe à 1756 mètres d'altitude. Un convoi quotidien composé d'hélicoptères, de 4x4 et de guides de montagne conduisait l'équipe du film et le matériel à travers les montagnes qui culminent à 2400 mètres. La production était confrontée à des températures comprises entre -15° et -20°C.

Le Faucon Millenium que l'on voit dans Solo est une version "originale" du vaisseau imaginée par la production, quand l'engin appartenait encore à Lando. Ainsi, le vaisseau a une coque lisse, les panneaux manquants ont été remplacés et les mécanismes et tuyaux ont été coffrés. Un nouvel élément apparaît : il s'agit d'une capsule de sauvetage triangulaire qui se trouve entre les mandibules avant. Solo dévoile comment et pourquoi cette capsule a disparu, donnant au vaisseau la forme que nous connaissons désormais.

L'extérieur du Faucon Millenium construit pour Le Réveil de la Force et Les Derniers Jedi a été réutilisé par l’équipe. Le décor pesait 31 tonnes et nécessitait l'usage de deux grues pour être déplacé. Pour l'intérieur du vaisseau, là encore, l’équipe a réutilisé des éléments créés pour les épisodes VII et VIII de la saga avant d’y intégrer les quartiers de Lando qui comprennent notamment un grand dressing et une luxueuse chambre avec un lit à baldaquin entouré de commandes et de gadgets. L’équipe créative a eu également pour mission de rendre le coin salon du Faucon Millenium beaucoup plus accueillant, à l’image de la personnalité de Lando.

Le Faucon Millenium subit des turbulences extrêmes au cours de l’histoire et c’est à l’équipe des effets spéciaux qu’il a incombé de générer les mouvements du vaisseau grâce à des systèmes sur cardans et des supports fabriqués sur mesure. Dominic Tuohy déclare : "On a l’impression que le Faucon est réellement en danger car ce n’est pas la caméra qui bouge, mais le décor tout entier. Le vaisseau s’incline de cinq degrés dans tous les sens et ce très violemment, ce qui crée des vibrations et des mouvements naturels dans tout le décor."

Corellia, la planète dont est originaire Han Solo, a été conçue comme une version industrialisée de Venise et est composée d'archipels reliés par des ponts. Une partie a été conçue dans les studios de Pinewood et une autre à Fawley Power Station, une centrale thermique construite à la fin des années 60 et située dans le Hampshire, dans le sud de l'Angleterre.

Pour la planète marécageuse de Mimban, l'inspiration du chef décorateur Neil Lamont a été les champs de bataille, les terrains d’aviation et les tranchées de la Première Guerre mondiale. Des fusées et des explosions ont été utilisées sur le plateau -recouvert pour l'occasion de schiste gris extrait d'une carrière galloise-, comme le précise le superviseur des effets spéciaux Dominic Tuohy : "Tout a été réalisé sur le tournage, tout est réel. Par conséquent, on a vraiment l’impression de se trouver au cœur de la bataille."

Si les décors de la planète Vandor ont été majoritairement tournés dans les Dolomites, le saloon de Fort Ypso et le Star Yacht de Dryden ont été édifiés dans les studios Pinewood. En ce qui concerne le Star Yacht de Dryden, sa création a été nourrie par l'esthétique des luxueux paquebots des années 1930 et l'Art déco.  Quant au saloon Fort Ypso, il s'agit d'une taverne sombre aux allures de grotte où règne une atmosphère similaire à celle de la Cantina Mos Eisley où Han Solo et Chewbacca rencontrèrent Luke Skywalker et Obi-Wan Kenobi.

Pour la planète Kessel, déjà connue des fans de Star Wars, les équipes créatives ont imaginé un décor rocheux aux reflets ocres en mélangeant dans des bétonnières de la sciure à de la peinture jaune.

Enfin, pour la raffinerie Savareen envahie par le sable du désert, c'est à Fuerteventura, la deuxième plus grande île de l’archipel des Canaries, que l’équipe a trouvé son bonheur. 12 semaines ont été nécessaires pour construire le décor à partir de pièces préfabriquées expédiées par bateau depuis les studios Pinewood.

Le département en charge des effets spéciaux créatures a fabriqué 8 costumes de Chewbacca et 10 têtes sous la supervision de la conceptrice et superviseuse des animatroniques Maria Cork. Le costume du Wookiee se compose d’une sous-combinaison en Lycra avec une capuche en maille, un matériau bien plus moderne que le costume original. La fourrure est exactement la même que le costume original, réalisée à base de poils de yak et de mohair noués un par un.

Comme il était impossible de nettoyer le costume tous les jours, et que les douches portatives n’étaient pas suffisamment grandes pour que Chewbacca puisse tenir dedans, la régie a fabriqué un dispositif baptisé le "Wookiee Wash", une sorte de douche géante placée au-dessus d’une pataugeoire.

Commenter cet article

La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance.

Archives

Articles récents

PaperBlog

Hébergé par Overblog