Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sebiwan dans les étoiles

Sebiwan dans les étoiles

Fan de cinéma, vous trouverez ici des news, des bandes annonces, des fiches de films mais également l'actu des séries TV.

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #AVANT-PREMIERE CINEMA

Beur sur la ville est un film français de Djamel Bensalah qui sortira le 12 octobre 2011.

Beur sur la ville 01


 

Synopsis

 

Jusque-là, Khalid Belkacem avait tout raté : son BEPC, son code de la route, son BAFA, et même son BCG. Il ne s'attendait pas à devenir le premier « discriminé positif » de la police. Mais comme dit sa mère : "C'est ça, la France ! Elle donne sa chance à tout le monde !"

 

Beur sur la ville 08

 

Beur sur la ville 02

 

Beur sur la ville 07

 

Beur sur la ville 09

 

Beur sur la ville 03

 

Beur sur la ville 06

 

Beur sur la ville 04

 

Beur sur la ville 05

Mon avis

 

Un film vu en avant-première le vendredi 2 septembre à 20h30 au cinéma UGC de Strasbourg avec la présence en fin de séance du réalisateur Djamel Bensalah et des acteurs Booder, Steve Tran et Sid Ahmed Agoumi.
Une très bonne comédie policière ! Et oui, il y a de l'humour mais aussi une histoire ! On rigole beaucoup dans ce film. Djamel Bensalah nous offre encore une fois une belle comédie touchante et vraiment drôle (enfin une bonne comédie bien de chez nous !). Je ne vais pas dévoiler l'intrigue car elle est vraiment bien menée et pensée ! Il y a de très bons gags et dialogues. Un très bon film comique à voir… je vous le conseille !
Et un grand merci aux acteurs et au réalisateur pour leur bonne humeur et l'ambiance qu'ils ont mis dans la salle en fin de film… Disponibles et vraiment sympathiques !

 

Scénario / Histoire :

4/5

Image / Effets spéciaux :

4/5

Bande sonore :

4/5

Acteurs / Personnages :

4/5

NOTE GLOBALE :

16/20

 

Fiche technique

 

Réalisateur :

Djamel Bensalah

Scénario :

Gilles Laurent

Producteur :

Djamel Bensalah

Production :

Miroir Magique

Photographie :

Pascal Gennesseaux

Musique :

Rachid Taha

Monteur :

Jean-François Elie

Décors :

Bertrand Seitz

Costumes :

Cyril Fontaine

Genre :

Comédie, policier

Durée :

1h39

Date de sortie :

12 octobre 2011

 

Distribution

 

Booder :

Khalid Belkacem

Sandrine Kiberlain :

Diane

Steve Tran :

Henri Tong

Issa Doumbia :

Mamadou Seydou Koulibali

Josiane Balasko :

Mamie Nova

Gérard Jugnot :

Brigadier Gassier

Sid Ahmed Agoumi :

Le vieux Chibani

Jean-Claude Van Damme :

Merot

Véronica Novak :

La gardienne

Gérard Jugnot :

Brigadier Gassier

Julie de Bona :

Alice

Khalid Maadour :

José

Sacha Bourdo :

Trouduk

Roland Giraud :

Préfet Flaubert

François-Xavier Demaison :

Picolini

 

Autour du film

 

Issa Doumbia n'était pas le premier choix de Djamel Bensalah pour interpréter le très sensible Koulibaly. En effet, le réalisateur avait pensé à Omar Sy, spécialisé dans la comédie et plus connu du grand public. C'est Sy lui-même qui a soumis le nom de son remplaçant au cinéaste.

 

Le problème lorsque l'on dirige des habitués de la scène tels que Booder, Steve Tran et Issa Doumbia, c'est qu'ils ont tendance à improviser. Si le réalisateur n'était pas contre l'addition de quelques répliques, à condition qu'elles ne dénaturaient pas le script d'origine, il lui fallut parfois couper ses acteurs dans leur élan, tant ces derniers avaient tendance à rallonger les scènes ! En revanche, le scénariste n'hésitait pas à recommencer une même scène des dizaines de fois, afin d'avoir "profité un maximum de [ses acteurs]" avant d'aborder la phase de montage.

 

Le choix de ne pas tourner en studio résulte moins d'une stratégie économique que d'une honnêteté intellectuelle. En effet, le réalisateur dit avoir souhaité tourner en banlieue (notamment à Saint-Denis, la ville de son enfance) "pour ne pas exclure du projet ces populations dont [il] parle". Certains habitants se sont même vus confier des postes de figuration, de stagiaires ou de techniciens.

 

Interrogé sur ce qui a motivé l'écriture de Beur sur la ville, le réalisateur explique : "Aujourd’hui, la banlieue fait peur, les Arabes font peur. Mon souhait était de compiler toutes ces peurs jusqu'à créer des situations burlesques. Il n'y a que le rire pour désamorcer le sentiment de crainte." Il reconnaît cependant que la notion de peur n'est arrivée que dans un second temps, l'idée originale étant de monter une comédie sur le thème de la discrimination positive et l'égalité des chances.

 

Les chansons présentes dans le film furent soigneusement choisies et participent à la déconstruction d'un certain nombre de clichés. Ainsi, le réalisateur s'est amusé à prendre le contre-pied de l'image "banlieue-casquette-rap", à laquelle il a préféré des artistes intemporels tels que Maxime Le Forestier ou France Gall. A travers la personnage de Khalid, par exemple, il souhaitait montrer qu'un look vestimentaire n'induit pas forcément un penchant pour un certain style de musique : "ce n'est pas parce qu'on porte un jogging et une casquette qu'on écoute exclusivement du rap !"

Commenter cet article

La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance.

Articles récents

PaperBlog

Hébergé par Overblog