Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sebiwan dans les étoiles

Sebiwan dans les étoiles

Fan de cinéma, vous trouverez ici des news, des bandes annonces, des fiches de films mais également l'actu des séries TV.

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #CINEMA-DVD

Godzilla est un film américain réalisé par Roland Emmerich, sorti en 1998.

Godzilla 1

 

 

Synopsis

 

Une tempête se déchaîne sur le Pacifique, engloutissant plusieurs navires, tandis qu’un éclair illumine le ciel au-dessus de la Polynésie française. Des empreintes géantes creusent un inquiétant sillon à travers des milliers de kilomètres de forêts et de plages. Les navires chavirent au large des côtes américaines et ces phénomènes s’approchent de plus en plus près de New York. Nick Tatopoulos, un chercheur, est arraché à ses recherches afin d’aider les États-Unis à traquer le monstre qui est à l’origine de ces désastres, le célèbre Godzilla. Une analyse du sang du monstre l’amène à élaborer la théorie que la créature est sur le point de pondre, si ce n’est pas déjà fait. Mais cette hypothèse est balayée d’un coup de vent par le maire de New York (en pleine campagne de réélections) et le commandant de l’armée américaine car tous les deux sont persuadés que Godzilla est mort, abattu par des sous-marins. Les services secrets français décident alors de faire appel au jeune chercheur pour trouver le nid de Godzilla…

 

Godzilla 2

 

Godzilla 4

 

Godzilla 5

 

Godzilla 6

 

Godzilla 3

Mon avis

 

Encore une superbe réalisation de Roland Emmerich avec des effets spéciaux et visuels impressionnants, un casting très honorable et un scénario pas très crédible mais de bonne facture. Godzilla n'est pas sans rappeler un certain Jurassic Park, puis plus tard Cloverfield. Les effets spéciaux n'ont pas trop mal vieillis (à part les scènes de poursuite avec les hélicoptères). Il y a de bonnes scènes d'actions et d'humour, certes les dialogues sont plutôt simplistes et parfois clichés mais Godzilla n'en reste pas moins un très bon film. Petit clin d'œil à voir : Kevin Dunn, jouant le colonel Hicks, se tient près du cargo échoué et ramasse des conserves dans le sable portant le nom de Bumblebee. C'est plutôt cocasse quand on sait que plus tard il jouera le rôle du père de Sam Witwicky dans la saga Transformers de Michael Bay et que la voiture qu'il offre à Sam est Bumblebee !!!

 

Scénario / Histoire :

4/5

Image / Effets spéciaux :

4/5

Bande sonore :

4/5

Acteurs / Personnages :

4/5

NOTE GLOBALE :

16/20

 

Fiche technique

 

Titre :

Godzilla

Réalisation :

Roland Emmerich

Scénario :

Ted Elliott, Terry Rossio Dean Devlin et Roland Emmerich

Producteurs :

Dean Devlin, Kelly Van Horn, Peter Winther, Roland Emmerich, Ute Emmerich et William Fay

Production :

TriStar

Musique :

David Arnold et Michael Lloyd

Photographie :

Ueli Steiger

Montage :

Peter Amundson et David Siegel

Décors :

Oliver Scholl

Costumes :

Joseph A. Porro

Pays d’origine :

États-Unis

Budget :

130 millions de dollars

Genre :

Fantastique

Durée :

140 minutes

Dates de sortie :

19 mai 1998 (Etats-Unis)

16 septembre 1998 (France)

 

Distribution

 

Matthew Broderick (VF : Jean-Pierre Michaël) :

Dr Nick Tatopoulos

Maria Pitillo (VF : Sybille Tureau) :

Audrey Timmonds

Jean Reno (VF : Jean Reno) :

Philippe Roaché

Hank Azaria (VF : Gabriel Le Doze) :

Victor Palotti

Kevin Dunn (VF : Jean-Claude Donda) :

Colonel Hicks

Michael Lerner (VF : Mario Santini) :

Maire Ebert

Harry Shearer (VF : Serge Blumenthal) :

Charles Caiman

Doug Savant (VF : Jean-François Vlérick) :

Sergent O’Neal

Arabella Field :

Lucy Palotti

Vicki Lewis (VF : Anne Deleuze) :

Dr Elsie Chapman

Malcolm Danare :

Dr Mendel Craven

Christan Aubert :

Jean-Luc

Philippe Bergeron :

Jean-Claude

Frank Bruynbroek :

Jean-Pierre

Lorry Goldman (VF : Yves Beneyton) :

Gene, l'assistant du maire

Chris Ellis (VF : Philippe Dumond) :

Général Anderson

Christopher Carruthers (VF : Eric Etcheverry) :

Radio Delta 9

Lee Weaver (VF : Michel Tugot-Doris) :

un SDF

David Pressman (VF : Régis Ivanov) :

le capitaine de l'Anchorage

Nicholas J. Giangiulio (VF : Patrick Mancini) :

Ed, l'ingénieur WIDF

Jérémie Golfier :

jeune garçon

François Giroday :

Jean Phillipe

 

Distinctions

 

Prix des meilleurs effets spéciaux (Volker Engel, Patrick Tatopoulos, Karen E. Goulekas et Clay Pinney), ainsi que nomination au prix du meilleur film fantastique et meilleur réalisateur, lors de l’Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur 1999.

 

Prix du plus mauvais remake et du plus mauvais second rôle féminin (Maria Pitillo), ainsi que nomination au prix du pire film, pire réalisateur et plus mauvais scénario, lors des Razzie Awards 1998.

 

Autour du film

 

Le héros du film s’appelle Nick Tatopoulos en hommage au designer français Patrick Tatopoulos qui a conçu cette version de Godzilla.

 

Le réalisateur, écolo et anti-nucléaire (chose très ancrée dans son pays natal en Allemagne), a écrit le scénario de Godzilla, après une commande de Sony en réaction aux essais nucléaires français lancés par Jacques Chirac en Polynésie française, à Moruroa, après son élection de 1995.

 

Le film n’entretient que peu de rapports avec la série de films japonais du même nom, et est désavoué par les fans qui ont surnommé la créature GINO (Godzilla In Name Only).

 

Le Godzilla de cette version apparaît dans Godzilla: Final Wars (film de la Toho) en tant que Zilla, nom officiel donné par la Toho.

 

À la différence du monstre japonais, la version américaine peut être tuée par les armes conventionnelles.

 

On peut y voir aussi des extraits du film Le monstre vient de la mer.

 

Lorsque la cassette vidéo, volée à Nick Tatopoulos, du marin japonais est montrée à la télé, et que le présentateur nomme le monstre comme s'appelant "Godzilla", on peut entendre derrière « on prononce Gojira », au bout de environ 1h 02m 40s du film, ce qui est le vrai nom japonais du monstre.

 

En mai 1997, le tournage de Godzilla dans la ville de Jersey City est marqué par l'arrivée d'une puissante tornade. Contre toutes attentes, ce qui devait être une complication logistique de plus est vite devenu un plus au niveau de la mise en scène. L'équipe de Roland Emmerich a en effet décidé de filmer certaines images de destruction après le passage de la tornade, des séquences qui auront leur utilité lors du montage du film.

 

Annoncé comme le grand favori de l'été américain en 1998, Godzilla est détruit symboliquement dans l'un de ses plus dangereux concurrents, Armageddon de Michael Bay. Dans Armageddon en effet, un jouet gonflable à l'effigie du lézard mutant est attaqué par un petit caniche, avant d'être purement et simplement anéanti par la chute d'un météorite.

Commenter cet article

La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance.

Articles récents

PaperBlog

Hébergé par Overblog