Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Sebiwan dans les étoiles

Sebiwan dans les étoiles

Fan de cinéma, vous trouverez ici des news, des bandes annonces, des fiches de films mais également l'actu des séries TV.

Articles avec #astronomie catégorie

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #ASTRONOMIE

Voici une nouvelle photo du prochain tant attendu Pacific Rim où l'on peut voir une empreinte de pied laissée par un des monstres Kaiju dans des sables humides près des côtes japonaises.

 

Pacific-Rim-photo-empreinte-kaiju.jpg 

Cette photo fait partie d'un journal télévisé japonais que nous verrons dans le film.

 

Source : movieweb.com

Voir les commentaires

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #ASTRONOMIE

Voir les commentaires

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #ASTRONOMIE


Désignation
Nom Français:       Dorade
Nom latin:             Dorade
Génitif:                 Doradus
Abréviation:          Dor


Observation (Epoque J2000.0)
Ascension droite:            Entre 57,5° et 98,75°
Déclinaison:                    Entre -70° et -49°
Taille observable:           179 deg² (72e)
Visibilité:                       Entre 15° N et -90° S

Méridien:                       29 janvier, 21h00

Constellations limitrophes
Horloge

Hydre mâle

Peintre

Poisson volant

Réticule

Table

 

La Dorade est une constellation de l'hémisphère sud. Seules ses étoiles les plus au nord peuvent être aperçues au-dessus de 20° de latitude nord et elle s'étend quasiment jusqu'au pôle sud céleste.

La Dorade est très peu lumineuse. Aucune de ses étoiles ne dépasse la quatrième magnitude.

L'objet le plus notable de la Dorade est en revanche le Grand Nuage de Magellan, atteignant la magnitude 0,1.



Historique

 

La Dorade est l'une des 11 constellations inventées par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman entre 1595 et 1597. Elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603. Sa disposition tout en longueur rappelle également le « poisson-épée », comme elle est parfois appelée.

 

Observation des étoiles

 

Localisation de la constellation



La Dorade se trouve à mi-chemin entre Canopus, de la Carène, et Achernar, terminus de la rivière Éridan. Elle est un peu plus faible que sa voisine le Réticule.

 

Grand nuage de Magellan

 

Le principal intérêt de cette zone est le grand nuage de Magellan, au Sud de la constellation (et à cheval sur la limite avec la Table).

La Nébuleuse de la Tarentule est également visible à l'œil nu, au milieu du Nuage.

 

Étoiles principales

 

α Doradus

 

L'étoile la plus brillante de la constellation, α Doradus, n'atteint que la magnitude 3,30. Elle est pourtant facile à trouver, se situant à une douzaine de degrés de Canopus (α Carinae) dans une région particulièrement pauvre en étoiles.

 

Éloignée de près de 180 années-lumière, α Doradus est une étoile bleutée de type spectral A0, 120 fois plus brillante que le Soleil. Elle est également légèrement variable (de type α² Canum Venaticorum), passant de la magnitude 3,26 à la magnitude 3,30 en 2,95 jours.

 

γ Doradus

 

γ Dor est une étoile légèrement variable, sa magnitude variant de quelques pourcents entre 4,23 et 4,27 sur deux périodes successives de 17,5 et 18,1 heures. Ce comportement ressemble aux variables de type δ Scuti, mais la température de γ Dor (7 000 K) est trop faible pour répondre au même mécanisme.

 

Autres étoiles

 

β Dorarus est une variable céphéide, évoluant entre les magnitudes 3,46 et 4,08 en 9,8426 jours.

 

R Doradus est variable semi-régulière, dont la magnitude passe de 4,8 à 6,6 sur une période d'environ 338 jours.

 

Objets célestes

 

L'objet le plus notable de la Dorade est le Grand Nuage de Magellan (dont une partie se trouve également dans la constellation de l'Autel), une galaxie irrégulière satellite de notre Voie lactée, distante de 170 000 années-lumière et atteignant la magnitude 0,1.

 

La Dorade contient également la nébuleuse NGC 2070, également nommée Nébuleuse de la Tarentule. Cataloguée tout d'abord comme une étoile (30 Doradus), elle fut reconnue comme une nébuleuse par Nicolas-Louis de Lacaille en 1751-1752. Il s'agit d'une partie du Grand Nuage de Magellan, d'un diamètre d'un millier d'années-lumière, hébergeant une douzaine de supergéantes en son centre.

 

Par ailleurs, le pôle sud de l'écliptique est situé dans la constellation, près du Grand Nuage.

 

Grand Nuage de Magellan

 

NGC 2070

Voir les commentaires

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #ASTRONOMIE


Désignation
Nom Français:       Dauphin
Nom latin:             Delphinus
Génitif:                 Delphini
Abréviation:          Del


Observation (Epoque J2000.0)
Ascension droite:            Entre 302,125° et 315,75°
Déclinaison:                    Entre 2,0° et 20,5°
Taille observable:           189 deg² (69e)
Visibilité:                       Entre 90° N et 70° S

Méridien:                       15 septembre, 21h00

Constellations limitrophes
Aigle

Flèche

Pégase

Petit Cheval

Petit Renard

Verseau

 

Le Dauphin est une petite constellation de l'hémisphère nord, proche de l'équateur céleste.



Historique

 

Le Dauphin était déjà l'une des 48 constellations répertoriées par Ptolémée. L'origine de son nom, en revanche, n'est pas explicite et deux légendes s'y rattachent : la première concerne la néréide Amphitrite, dont Poséidon tomba amoureux et qu'il kidnappa. S'étant enfuie, elle fut convaincue par un dauphin que le dieu des mers était une personne correcte. En récompense, Poséidon plaça le dauphin sur la voute céleste. La deuxième raconte que le poète Arion de Méthymne, faisant route vers Tarente, fut menacé d'être jeté par-dessus bord par l'équipage qui voulait le voler et ne dut son salut qu'à un dauphin, attiré par la musique que le poète avait demandé à jouer avant son exécution, et qui le transporta à bon port.

 

Cette constellation fut également connue sous le nom du Chameau chez les astronomes arabes et de la Baleine de Jonas chez les Hébreux.

 

Les deux étoiles les plus brillantes de cette constellation portent des noms traditionnels étranges, Sualocin (α Delphini) et Rotanev (l'étoile β). Ils ont une origine peu commune : apparaissant pour la première fois sur une catalogue d'étoiles publié par l'observatoire de Palerme en 1814, ils viennent en fait de Nicolaus Venator écrit à l'envers, le nom latinisé de Niccolo Cacciatore (Cacciatore et Venator signifiant chasseur), l'assistant directeur de l'observatoire à la publication du catalogue.

 

Observation des étoiles



Le Dauphin est une constellation faible, mais sa forme est très caractéristique et se dégage facilement quand la visibilité est suffisamment bonne (Mag 4).

 

Il se situe immédiatement au Sud-Est du triangle d'été, directement à l'Est de l'œil d'aigle de Altaïr, et au Sud du Cygne.

 

Étoiles principales

 

α Delphini (Sualocin)

 

Sualocin, l'étoile α de la constellation du Dauphin (qui est d'ailleurs légèrement moins brillante que sa voisine β), ne dépasse pas la magnitude apparente 3,77. Il s'agit d'une étoile blanche tournant rapidement sur elle-même (70 fois plus rapidement que le Soleil).

 

Sualocin est une étoile double : son compagnon est distant de 12 ua et les deux étoiles tournent l'une autour de l'autre en 17 ans.

 

β Delphini (Rotanev)

 

L'étoile la plus brillante de la constellation du Dauphin est bien l'étoile β Delphini, qui porte aussi le nom traditionnel de Rotanev depuis 1814 (voir ci-dessus).

 

β Delphini est une étoile double, composée de deux sous-géantes de 4,0 et 4,8 de magnitude éloignée de 13 ua en moyenne et orbitant en 26,7 ans.

 

Autres étoiles

 

γ Delphini est une étoile double dont les composantes sont au plus écartées de 600 ua et au moins de 40.

 

α, β, γ et δ Delphini forment un astérisme appelé le cercueil de Job.

Deneb Dulfim (ε Delphini), un nom arabe signifiant la queue du Dauphin, est située justement au bout de la constellation.

R Delphini est une étoile variable du type de Mira (constellation de la Baleine), passant de la magnitude 7,6 à la magnitude 13,8 en 285,5 jours.

 

Objets célestes

 

Le Dauphin contient également la nébuleuse planétaire NGC 6891 et les amas globulaires NGC 6934 et NGC 7006.

 

NGC 6891

 

NGC 6934

 

NGC 7006

Voir les commentaires

Publié le par Sebiwan67
Publié dans : #ASTRONOMIE

Désignation
Nom Français:       Cygne
Nom latin:             Cygnus
Génitif:                 Cygni
Abréviation:          Cyg


Observation (Epoque J2000.0)
Ascension droite:            Entre 286,25° et 329,5°
Déclinaison:                    Entre 27,5° et 60,9°
Taille observable:           804 deg² (16e)
Visibilité:                       Entre 90° N et 40° S

Méridien:                       10 septembre, 21h00

Constellations limitrophes
Céphée

Dragon

Lézard

Lyre

Pégase

Petit Renard

 

Le Cygne est une grande et brillante constellation, parfois appelée la Croix du nord (en référence à la Croix du Sud) car ses étoiles sont principalement disposées selon une grande croix. L'oiseau qu'elle représente s'étend sur la Voie lactée estivale, paraissant en migration vers le sud.

Traversée par la Voie lactée, elle contient plusieurs étoiles brillantes et de nombreux objets célestes.


 

Historique

 

Cette constellation est associée à plusieurs oiseaux légendaires de la mythologie grecque :

 

- Selon l'une des légendes, le dieu Zeus s'était déguisé en cygne pour séduire Léda, dont il eut pour enfant les Gémeaux et Hélène de Troie.

- Il pourrait également représenter Orphée, métamorphosé en cygne après son assassinat et placé dans les cieux à côté de sa lyre.

- Enfin, on dit qu'un jeune homme nommé Cygnus était l'amant du malheureux Phaéton. Après que celui-ci se fut écrasé en conduisant les chevaux du Soleil, Cygnus se mit à chercher son corps désespérément dans le fleuve Éridan où il tomba. Cygnus plongea tant de fois dans le fleuve que Zeus eut pitié de lui et le changea en l'oiseau aquatique qui porte depuis son nom.

 

Répertoriée par les astronomes grecs, cette constellation était alors désignée sous le nom de l'Oiseau. Elle fut également désignée sous le nom de Croix de Sainte-Hélène par Julius Schiller en 1627 à une époque de christianisation massive du ciel (la constellation de la Croix du sud en est contemporaine).

Dans la mythologie chinoise, la constellation du Cygne héberge une fois par an le pont qui relie les amants Niu Lang et Zhi Nu.
 

Observation des étoiles

 

Localisation de la constellation



L'étoile α Cygni (Deneb) marque l'un des angles du triangle d'été, visible dès que la nuit est tombée (mag 1). Des trois étoiles du triangle d'été, Deneb est la moins brillante.

Quand les conditions de visibilité sont meilleures (mag 3), le cygne se reconnaît facilement par sa forme de croix très caractéristique.

 

Forme de la constellation

 

La "Croix du Nord" que dessine les étoiles principales du Cygne est très nette et très régulière ; elle sert de repère pour les constellations voisines. Le Cygne a un long cou et des ailes placées sur l'arrière, les deux figures sont donc inverses l'une de l'autre : la "tête" de la croix est donc la "queue" du Cygne, et la "tête" du Cygne forme le "pied" de la croix.

 

L'étoile la plus brillante (mag 1) est Deneb, à la "tête" de la croix (et la base de la queue du Cygne). Les trois étoiles alignées du "bras" sont sensiblement de même éclat (mag 2), et sont d'Est en Ouest ε Cyg, γ Cyg (les épaules, dans l'axe du corps), et δ Cyg. Quand le bras commence à être visible, on prolonge le corps dans l'axe Deneb - γ Cyg, pour tomber 15° plus loin sur β Cyg (Albireo), qui marque le pied de la croix (et donc la tête du Cygne).

 

Quand les conditions sont très bonnes (mag 6) on peut tracer l'ensemble de la forme du Cygne, avec ses ailes entièrement déployées.

 

Entre les épaules et la "tête" du cygne, un alignement de trois petites étoiles intermédiaires marque le cou. Ce sont η, χ (variable) et φ Cyg.

 

L'axe des ailes se recourbe vers l'arrière de part et d'autre, et atteint ζ Cyg côté Sud-Est, et au Nord-Ouest, la paire d'étoiles ι et κ Cyg.

 

Par temps exceptionnel, on peut suivre l'alignement arrière des ailes, qui forme un deuxième arc passant par Deneb, et bordé de petites étoiles extérieures (qui peuvent être des pennes détachées ou des pattes, suivant l'imagination de l'observateur).

 

Étoiles principales

 

α Cygni (Deneb)

 

α Cygni (Deneb) est l'étoile la plus brillante de la constellation du Cygne et la 19e étoile la plus brillante de la voute céleste avec une magnitude apparente de 1,25. Deneb, dont le nom provient d'un mot arabe signifiant la Queue et se référant à la position de l'étoile dans la constellation, est pourtant l'une des étoiles visibles les plus lointaines puisque située entre 1 800 et 3 200 années-lumière de la Terre (à cette distance, l'incertitude des mesures de parallaxe est très importante), d'une magnitude absolue atteignant donc environ -8,7.

 

Sans surprise, Deneb est une supergéante bleue, 200 fois plus grande que le Soleil (placée à sa place, elle s'étendrait bien au-delà de l'orbite terrestre), l'une des plus grande que l'on connaisse. Elle finira vraisemblablement en supernova d'ici un million d'années.

 

Deneb est l'un des sommets de l'astérisme connu sous le nom de Triangle d'été avec Véga (α Lyrae) et Altaïr (α Aquilae).

 

Albireo (β Cygni)

 

Albireo (β Cygni) se trouve au bout du bec du Cygne et son nom provient d'un mot arabe signifiant d'ailleurs le Bec.

 

Il s'agit de l'une des plus belles étoiles doubles du ciel, une étoile dorée (de magnitude 3,08) que l'on peut facilement distinguer, dans un petit télescope, de son compagnon bleu (de magnitude 5,11). Elles orbitent en 7 300 ans et la plus brillante est elle-même double, composée d'une géante jaune et d'une étoile de la séquence principales très proches l'une de l'autre. L'étoile bleue tourne rapidement sur elle-même et est de ce fait entourée d'un disque de gaz provenant de sa propre surface.

 

Ruchba (ω Cygni)

 

Ruchba (ω Cygni), le genou en arabe, désigne en réalité deux étoiles distinctes de même type (toutes deux sont des étoiles binaires à éclipses de type Algol et les classes spectrales des étoiles en question sont identiques) qu'une coïncidence fait apparaître l'une à côté de l'autre vues de la Terre.

 

La plus brillante, ω1 Cygni (31 Cygni dans la désignation de Flamsteed), est de magnitude 3,8, une supergéante orange éclipsée par une étoile bleue pendant 63 jours tous les 10,36 ans.

 

ω² Cygni (32 Cygni dans la désignation de Flamsteed) est de magnitude 3,96 et tous les 3,143 ans, la supergéante orange est éclipsée par l'étoile bleue qui lui tourne autour.

 

Ce genre d'étoiles à éclipses est un terrain d'investigation privilégié pour l'étude de leur chromosphère.

 

P Cygni

 

P Cygni est une étoile bleue dont la magnitude actuelle est de 4,81 dans le visible (5,135 dans le bleu), mais cela n'a pas toujours été le cas. Par le passé, cette étoile est montée jusqu'à la 3e magnitude. Classe spectrale B2pe

P Cygni est une supergéante, distante d'environ 6 000 années-lumière (bien qu'à cette distance, cette valeur soit difficile à estimer avec précision), entre 500 000 et 900 000 fois plus lumineuse que le Soleil, très chaude (sa température de surface semble avoisiner 19 000 K) et elle est encore largement obscurcie par la poussière interstellaire. P Cygni a vu sa luminosité augmenter brusquement lorsqu'elle expulsa à plusieurs reprises une coquille de gaz : en 1600, elle fut répertoriée comme « Nova Cygni 1600 » et une autre éruption se produisit en 1654.

 

Cette étoile est entourée d'une nébuleuse et continue à perdre de la masse en continu, produisant un vent stellaire plusieurs millions de fois plus important que le vent solaire.

 

On estime que P Cygni est 50 à 60 fois plus massive que le Soleil. Elle est vouée à finir en hypernova et à s'effondrer en trou noir.

 

Autres étoiles

Sadir (γ Cygni), la deuxième étoile de la constellation du Cygne par son éclat, est une supergéante jaune/blanche, ce qui est assez rare, très lointaine (vraisemblablement autour de 1 500 années-lumière). Il semblerait qu'il s'agisse d'une étoile double, mais son compagnon n'est pas connu.

 

δ Cygni, la seule étoile brillante de la constellation sans nom propre, est un système triple composé de deux étoiles relativement proches - distantes de 84 à 230 ua - autour desquelles orbite une troisième, nettement plus éloignée.

 

ξ Cygni est une étoile variable de type Mira (dans la constellation de la Baleine) : elle peut atteindre la magnitude 3,5 au cours de période de 407 jours.

 

SS Cygni est une étoile variable d'une période globale de 50 jours, changeant de luminosité de façon assez irrégulière, parfois en deux ou trois heures.

 

16 Cygni est une étoile double de classe G, composée de deux étoiles de 5e et 6e magnitude assez semblables au Soleil, distantes l'une de l'autre de 840 ua et orbitant en 17 000 ans. Ce qui caractérise ce système, c'est qu'il s'agit de la première étoile double dans laquelle on a détecté une planète extrasolaire. 1,5 fois plus massive que Jupiter, elle orbite autour de 16 Cygni-B (la moins brillante de la paire) à une distance moyenne de 1,7 ua, en 804 jours, selon une orbite très excentrique.

 

Une autre étoile intéressante, 61 Cygni, est certes peu impressionnante pour un observateur occasionnel, mais possède un mouvement propre extrêmement rapide (108 km/s, cinq fois plus rapide que les étoiles environnantes). Elle devint ainsi la première étoile - après le Soleil - dont la distance fut mesurée grâce à sa parallaxe. Elle est d'ailleurs parmi les étoiles les plus proches de la Terre, distante de seulement 11,4 années-lumière.

 

Gienah signifie aile en arabe et Gienah Cygni (ε Cygni) porte ce nom complet pour la différencier de Gienah Corvi, située dans la constellation du Corbeau.

Une dernière étoile de la constellation possède un nom : Azelfafage (π1 Cygni).

 

Objets célestes

 

Gràce à sa position sur la Voie lactée, plusieurs amas stellaires et nébuleuses se trouvent dans le Cygne.

 

On peut y voir les amas ouverts M29 et M39.


M29

M39

 

NGC 7000, la nébuleuse de l'Amérique du Nord, se trouve un peu à l'est de Deneb. Sa ressemblance avec ce continent est assez frappante sur les photographies.


 

Près de Sadir se trouve Cygnus A (ou 4C 40.40), l'une des sources radio les plus puissantes que l'on connaisse. Il s'agit d'une radiogalaxie, subissant une explosion massive ou une collision avec une autre galaxie, cataloguée comme galaxie de Seyfert.


 

Enfin, le Cygne contient la source de rayons X, Cygnus X-1, que l'on considère comme un probable trou noir. Ce fut l'une des premières radiosources détectées, et son étude a révélé qu'il s'agissait d'une trou noir qui a capturé une supergéante bleue (masquée par rapport à nous). Bien moins connu, V404 Cygni est un autre trou noir stellaire.


Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance.

Articles récents

PaperBlog

Hébergé par Overblog